L’année dernière, 1 Belge sur 4 a été soumis par la police à un contrôle d’alcoolémie et lors des campagnes Bob, le pourcentage de conducteurs positifs est de moins en moins élevé. Lors de la précédente édition en été, la police a réalisé 324.000 contrôles. Seuls 2,7 % des conducteurs contrôlés avaient trop bu, soit le meilleur résultat jamais enregistré. Selon une récente enquête de l’institut Vias, les Belges boivent volontiers un petit verre même lorsqu’ils doivent reprendre le volant ensuite. Et c’est précisément parce qu’un seul verre peut déjà s’avérer dangereux que le slogan de cette édition estivale est le suivant: « 100% BOB. 100% sobre ! »

L’alcool au volant reste problématique

Chaque jour, 11 accidents avec un conducteur sous l’influence de l’alcool

En 2018, la police a déploré 4036 accidents avec tués ou blessés au cours desquels un conducteur était sous l’emprise de l’alcool, soit 11 accidents par jour ! Ceci signifie qu’un conducteur avait trop bu dans 10,6% de l’ensemble des accidents corporels. Ces chiffres sont particulièrement élevés même s’ils sont meilleurs que ceux enregistrés en 2010. À l’époque, l’on dénombrait encore 5474 accidents corporels impliquant un conducteur sous influence, soit 12% du nombre total d’accidents corporels.

1 conducteur sur 3 reprend le volant sous l’emprise de l’alcool

Selon une toute nouvelle enquête européenne menée par l’institut Vias, près d’un Belge sur trois (30%) admet avoir conduit après avoir bu de l’alcool au cours du mois écoulé. Après la Suisse et le Portugal (tous deux 34%), c’est le pourcentage le plus élevé des 28 États membres de l’UE. La moyenne européenne s’élève à 21%. Avec un pourcentage de 5%, la Hongrie est le meilleur élève de la classe. La Suède (8%) et la Finlande (9%) obtiennent également de bons résultats en la matière.

L’année passée, 1 conducteur belge sur 4 a dû souffler

Malgré ces chiffres, 1 conducteur belge sur 4 (24%) déclare avoir subi un test d’alcoolémie l’année passée. C’est plus que la moyenne européenne qui est de 18%. Durant la campagne BOB d’été de l’an dernier, plus de 324.000 contrôles ont été réalisés. 2,7% des conducteurs testés avaient trop bu.

De bons compromis font de bons amis

Il arrive trop souvent aux conducteurs belges de se laisser tenter par un verre et de calculer ensuite ce qu’ils peuvent encore boire pour rester sous la limite. Il est extrêmement dangereux de décider au dernier moment qui va reprendre le volant. Un BOB, ça se choisit toujours à l’avance pour être toujours sûr de rentrer chez soi en toute sécurité.

Nouvelle campagne : « 100% BOB. 100% sobre ! »

Durant cette campagne estivale « 100% BOB. 100% sobre ! », le VSV (Vlaamse Stichting Verkeerskunde), Bruxelles Mobilité, Assuralia (l’union professionnelle des entreprises d’assurances), les Brasseurs Belges et l’institut Vias insistent sur le fait qu’un vrai BOB ne boit pas du tout d’alcool.

« Pour réduire le nombre de victimes de la route, nous devons absolument poursuivre notre combat contre l’alcool au volant », affirme le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts. « Nous y arriverons à l’aide de campagnes et de contrôles ciblés. Pas d’alcool pour BOB est la meilleure garantie pour éviter des accidents et des amendes. »

En Flandre, le message BOB sera visible sur les panneaux d’affichage le long des routes principales et sur les bus de De Lijn. Le tram du littoral sera également paré du message de la campagne. A Bruxelles, il en ira de même des bus de la STIB.

Cet été également, la bande à BOB se rendra sur de nombreux festivals tels que le Brussels Summer Festival, de Lokerse Feesten et le Summer Music Festival et en profitera pour examiner si ces festivals sont bel et bien « BOB proof ».

Téléchargez le matériel de campagne : www.bob.be